05 avril 2011

Biomimétisme: plagier pour innover

(D’après un article de Nouvelles Clés de décembre 2010-Janvier 2011 écrit par Patrice Van Eersel)

 

Le biomimétisme consiste à observer et étudier les mécanismes de la nature pour les prendre en exemple et construire efficacement (architecture, bâtiment, moyens de transports, matériaux etc…) en trouvant  des solutions techniques innovantes et protectrices de l’environnement.

La nature prévient de ses blessures et se guérit elle-même. Cette constatation promet un bel avenir au biomimétisme.

La pionnière dans ce domaine est la naturaliste américaine Janine Benyus , avec son livre « Biomimicry-Innovation Inspired by Nature » sorti en 1997.

  • ·  3 niveaux de biomimétisme :

-   Imiter les formes naturelles : par exemple, la structure des fleurs de badiane avait inspiré dès 1948 à Georges Mestral, l’invention du fameux Velcro (velours + crochets).

La fleur de lotus qui grâce à sa surface microscopiquement ondulée, reste toujours propre. Cette étude a permis de concevoir des surfaces, vitres ou pare-brise autonettoyants.

Découpez un gros carton et découvrez sa structure qui renforce sa résistance  tout en garantissant une légèreté maximale. Merci à l’exemple des nids d’abeilles !

 

-     Imiter les matériaux et les processus : on est toujours au niveau de l’imitation technique mais plus avant dans la logique écologique. Par exemple, la construction du ciment ou de la céramique est l’une des plus polluantes du monde. Elle consomme énormément d’énergie et rejette des montagnes de gaz carbonique, qui aggrave l’effet de serre …

Grâce au biomimétisme, on constate que les coquillages et gastéropodes fabriquent leurs coquillent à froid, dans la mer et qu’au lieu de rejeter le dioxyde de Carbonne généré, ils l’absorbent pour l’associer à du calcium et le précipiter en calcaire !

Autre exemple, celui des végétaux chlorophylliens qui savent capter l’énergie solaire. Des mètres carrés de gazon comme panneaux solaires !

 

-     Imiter les stratégies :il ne faut cependant pas se contenter de copier les formes ou les mêmes processus. Il faut imiter la nature dans sa stratégie globale.

L’objectif est de transformer l’entreprise toute entière, en une entité biomimétique obéissant aux lois du vivant.

 

  •    « La vie sur terre fonctionne suivant certaines règles, auxquelles un organisme durable doit forcément obéir :

-        Sa source d’énergie principale est le solaire

-        Son dissolvant principal est l’eau

-        Il consomme local

-         Il diversifie et tisse des liens de coopération

-         Il n’use que l’énergie dont il a besoin…


          Ce qu’un organisme durable ne fait pas :

-       Il ne s’approvisionne pas au bout du monde

-       Il n’utilise pas d’énergies fossiles

-       Il ne réduit pas l’éventail de ses variétés à quelques standards

-      Contrairement à l’image que l’on a de « la loi de la jungle », il ne pratique la compétition que dans 10% de ses rapports aux autres organismes (les 90% restants sont fondés sur la coexistence, la coopération, le parasitisme et la symbiose. )»

 

 

Posté par coraleye à 14:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


Commentaires sur Biomimétisme: plagier pour innover

Nouveau commentaire